jeudi 29 mars 2018

Costa Rica - fin de 3 mois de voyage


Après 6 semaines au Nicaragua, nous n’avons plus que 4 nuits à passer au Costa Rica avant notre avion de retour vers la France.
Les 3 dernières nuits (à Alajuela, près de l'aéroport) étaient déjà réservées chez Mitzy, notre sympathique hôte airBnB chez qui nous avons déjà séjourné 2 fois. Pour la nuit restante, nous décidons de nous offrir un séjour dans un très beau lieu tenu par une Belge, Véra.
Avant de quitter cette région du monde, je tenais à aller visiter le musée de l’or précolombien et nous n’avons pas été déçus, les objets exposés sont magnifiques et très bien présentés, il y a tellement de valeur que tout le musée est dans des salles blindées sur plusieurs niveaux en sous-sol.

Chez Véra, notre chambre donne directement sur la piscine et la vue sur la vallée et les montagnes est grandiose.

À San José, capitale du Costa Rica, nous visitons le théâtre national. Le luxe du lieu donne une bonne idée de la richesse du pays à la fin du XIXème siècle, notamment grâce au café.

Il y a dans ce théâtre de splendides sculptures en marbre d’Italie.

Au marché central de San José, il y a de nombreux petits stands de nourriture où l’on peut consommer les plats traditionnels pour un prix modique.

Au musée de l’or précolombien.

Statuettes en or.

Ces objets servaient à concasser des aliments, sûrement du maïs pour faire les fameuses galettes de maïs. C’est émouvant de penser que tout ces articles ont bien plus de 5 siècles.

Dans ce musée ne sont exposées que des pièces en très bon état.

Fontaine à chocolat dans l’aéroport de San José.

dimanche 11 mars 2018

Nicaragua - Centre et Sud du pays


Nous évitons Managua, la capitale du Nicaragua, car il parait qu'il n'y a pas grand chose à voir et en plus il y a un peu d'insécurité dans cette ville.
Nous nous arrêtons à Masaya et allons voir de nuit le volcan du même nom, de nuit car c’est un volcan actif et on peut voir la lave en fusion, un spectacle fascinant.
Pas loin de Masaya se trouve la ville de Granada qui est connue pour son architecture coloniale espagnole, nous y restons plusieurs jours et apprécions le calme en plus des beaux bâtiments.
Granada est au bord du lac Nicaragua, celui-ci est très grand (plus de 8000 km2) et on y trouve l’île d’Ometepe (l’une des plus grandes îles au monde sur une surface d’eau douce). Cette île abrite 2 volcans (il y avait auparavant 2 îles mais les éruptions volcaniques ont craché suffisamment de matière pour que les 2 îles soient reliées et n’en forment plus qu'une). Autant dire que nous avons adoré cet endroit, nous y avons passé 9 nuits. L’ambiance est décontractée, il y a peu de circulation et l’île a beaucoup à offrir.
Nous terminons notre séjour de 6 semaines dans ce pays par San Juan del Sur au bord du Pacifique, c’était à l’origine un village de pêcheurs, puis des surfeurs sont arrivés, suivis d'autres voyageurs et c'est aujourd'hui une station balnéaire assez développée. On n’a pas trop accroché même si le site est magnifique.
Nous avons vraiment bien aimé le Nicaragua, beaucoup de choses à voir et à faire, un peuple généralement très sympathique, souriant et pas stressé.

Le levier de vitesse dans ce bus est vraiment mal placé, à chaque changement de vitesse le chauffeur doit étendre le bras vers l’arrière.

Panneau indiquant la direction à prendre en cas d'éruption volcanique.

Des gâteaux aux couleurs pas appétissantes.

Lave dans le volcan Masaya, un spectacle fascinant.

Une des choses que j’adore en voyage c’est qu’on découvre toujours des choses nouvelles. Par exemple j’ai vu pour la première fois (dans un supermarché) un rouleau de papier toilette ‘en test’, mais il n'y avait pas de cuvette de WC à côté :-)

Granada, la cathédrale (à droite).

Depuis Granada, nous partons en bateau visiter Las Isletas, un ensemble d’environ 300 îles (privées) sur le lac Nicaragua, voici l’une de ces îles.

Avec le bâteau, nous pouvons approcher et voir des animaux, beaucoup d’oiseaux ou bien, comme ici, des singes.

Sur une autre île, ce grand arbre abrite de nombreux nids à la forme surprenante.

A Granada, nous avons assisté à un concert lyrique, voici les 2 chanteuses.

Un ferry nous emmène sur l’île d’Ometepe, située sur le lac Nicaragua, on peut voir les 2 volcans (dont un est actif).

Nous avons emprunté un chemin pour rejoindre un endroit où l’on avait une belle vue sur le volcan Concepcion, notez le nuage blanc au sommet, il résulte de la rencontre de 2 masses d’air, de l’air chaud venant du cratère du volcan et de l’air frais à l’extérieur.

En redescendant, nous avons entendu puis vu des singes hurleurs (photo prise avec utilisation des jumelles).

Près de 4 heures de marche aller-retour ont été nécessaires pour aller voir cette chute d’eau sur l’île d’Ometepe.

Bord du lac peu avant le coucher du soleil, les couleurs sont très belles. Nous avons aussi fait du kayak, ce qui nous a permis d’avoir une large vue sur l’île mais aussi d’observer encore des singes (autre espèce) et des oiseaux.

Nous avons dégusté des smoothies hyper bons, avec du chocolat cru fabriqué sur place, les pailles sont faites avec des tiges de plantes.

L’endroit est très reposant et idyllique, juste en bord de lac avec vue sur l'un des volcans.

J’ai effectué (avec un guide et 7 autres personnes) la montée du volcan Maderas, l’autre volcan sur l’île d’Ometepe, une ascension de près de 8 heures aller-retour pas facile du tout, là c’est la vue de l’île et en face il y a le volcan Concepcion. Il y avait ce jour-là un ultra-trail, épreuve sportive de 25 ou 50 km à faire en courant ; ceux qui faisaient ce dernier choix montaient les 2 volcans à la suite !

Après avoir traversé une plantation de café, le chemin s’enfonce dans la forêt, c’est boueux et brumeux.

Le guide donne de l’aide aux endroits les plus difficiles.

Sur ce terrain difficile, les chutes ne sont pas rares.

Arrivés au bord du cratère, nous sommes en pleine ‘purée de pois’ et la vue est quasi inexistante, depuis là nous entamons une descente de 15 à 20 minutes (qu’il faudra remonter) jusqu’au lac situé au fond du cratère, on a la possibilité de se baigner mais personne n’est tenté car il ne fait pas très chaud et la brume donne une ambiance très particulière.

Ojo de Agua à Ometepe, une piscine naturelle en pleine nature très agréable aux heures chaudes de la journée.

Nous faisons du stop et sommes pris par des français qui ont acheté cette voiture en Californie, comme il n’y a pas assez de place à l’intérieur mais qu’ils veulent quand même nous prendre, les 2 filles montent sur le toit ! (il y a les barres pour se tenir).

Plage de San Juan del Sur, sur la côte Pacifique, le sable est noir et l’eau est très fraîche à cette saison.

Depuis le haut de la falaise, la vue est pas mal du tout.

A la sortie du Nicaragua (nous retournons au Costa Rica), l’employé du bus s’est occupé d’aller faire tamponner les passeports, il a une grosse pile entre les mains et appelle les passagers un par un pour qu’ils récupèrent leur passeport et rentrent dans le bus. Il faudra de nouveau descendre à 1 km au niveau de la douane costaricienne, là c’est aux passagers d’aller faire tamponner leur passeport et il faut aussi sortir les bagages pour les faire scanner (comme dans les aéroports). Le bus quant à lui passe sous un portique et se fait asperger d’un produit qui doit être un désinfectant.

dimanche 25 février 2018

Réductions (cashback) pour vos achats sur Internet, et autres remises et avantages divers


Si vous faites des achats sur Internet, vous serez peut-être intéressé(e) de bénéficier de remises sur de très nombreux sites (environ 1600 marchands à ce jour). Le principe consiste à engranger du cashback (les remises sont créditées sur un compte et lorsque le solde dépasse les 20 euros, il est possible de virer la somme gagnée sur votre compte bancaire).
Pour découvrir l'offre ou vous inscrire à iGraal et commencer à accumuler du cashback, cliquez ICI.
Vous trouverez également sur ce site des coupons à imprimer, donnant droit à des réductions lorsque vous allez faire vos courses.

Ce même service est aussi proposé par Poulpeo

Je vous propose d'autres parrainages sur le site http://www.1parrainage.com/listeannonces_24773_pgopgo.php?cat=2&catOK=2&texte=pgopgo .Vous y trouverez, entre autres, des parrainages pour airBnB (hébergements chez l'habitant), Booking (hôtels dans le monde entier), Payoneer (service similaire à Paypal), CurrencyFair (transferts d'argent internationaux à bas coût)...

dimanche 18 février 2018

Nicaragua - Nord-est du pays

De retour de Cuba, nous passons 3 jours au Costa Rica avant de rejoindre le Nicaragua en bus.
Dès le passage de la frontière, on voit tout de suite que l’ambiance est bien différente, c’est plus animé (certains diraient que c’est la pagaille).
Notre bus nous emmène dans le Nord du pays, dans la ville de León, nous sommes dans la région la plus chaude du pays et il fait environ 35° au plus chaud de la journée.
Dans la ville de León, nous voyons de beaux bâtiments coloniaux et une superbe galerie d’art dans laquelle il y a des Picasso, Braque... Nous n'avons pas manqué de visiter la cathédrale, classée UNESCO en 2011, nous y avons vu plusieurs mariages (il n'y a pas de souci pour y assister) et avons profité d’une occasion rare, visiter le toit du bâtiment duquel on peut observer la ville ainsi que la chaîne de volcans à l'horizon.

Nous nous sommes bien plus à Hostal El Jardin à León, il y a un jardin, une cuisine commune, un billard, des hamacs. C’était un très bon endroit pour rencontrer d’autres voyageurs.

Pour certaines petites boutiques, il n’est pas possible d’y entrer, le vendeur passe les achats par une petite ouverture dans la grille.

Belle architecture coloniale à León.

La cathédrale de León.

Sur le toit de la cathédrale.

Depuis le toit, on voit la chaîne de volcans, celui de droite est actif et dégage de la fumée.

Le pays est très célèbre pour ses volcans et il y en a plusieurs pas loin de León. Nous montons le volcan Cerro Negro (il faut environ 1 heure) et la redescente s’effectue de manière très originale : sur une planche en bois. Nous avons monté la planche sur notre dos et arrivés en haut nous enfilons la combinaison fournie ainsi que les lunettes de protection. La descente s’effectue en environ 45 secondes en glissant sur la pente recouverte de cendres/roches volcaniques, le guide a dit que j’avais été le plus rapide du groupe avec une vitesse de 65 à 70 km/h !

Voilà toute l’équipe prête pour monter le Cerro Negro, chacun avec sa planche de glisse sur le dos.

Arrivés au sommet, nous contournons le cratère pour aller vers la zone de descente.

Et voilà à quoi ressemble la piste de descente.

Nous avons profité de la proximité de l’océan pour passer 3 jours à Las Peñitas, ici les plages sont de sable noir. Visite aussi de la mangrove et d’un lieu où ils récoltent les œufs de tortue (pondus dans le sable) pour les garder en sécurité et ensuite relâcher les petits au moment de l’éclosion. Nous avons vu des sacs contenant des œufs mais aucun n’était prêt à éclore. Si l’on vient vers août-septembre, il parait qu’il y a plus de 10 000 tortues qui viennent pondre, ce doit être un spectacle fantastique.

Plage de Las Peñitas, avec son sable noir, sur le Pacifique.

Sacs contenant des œufs de tortue, une étiquette indique la date de récolte, le nombre d’œufs et la date prévue d’éclosion.

Retour à León et en route pour notre deuxième volcan, cette fois ce sera au tour du Telica et sur 2 jours. Nous prenons un tour organisé avec Quetzaltrekkers (agence à but non lucratif, les bénéfices vont à l’aide au développement)(de nombreux bénévoles - beaucoup venus de l’étranger - font tourner la ‘boutique’). Donc direction le Telica, nous prenons d’abord un bus local pour rejoindre le début du parcours. Observation de boue bouillonnante (ça chauffe là-dessous). Nous avons choisi de prendre un cheval pour porter nos sacs à dos contenant couchage, nourriture et 8 litres d’eau par personne. Arrêt pour déjeuner dans un village perdu à flanc de volcan. Ensuite on continue à monter (souvent à l’ombre heureusement) et nous arrivons enfin au lieu de bivouac, à quelques centaines de mètres du cratère en activité. Nous montons les tentes, puis allons voir les paysages et le volcan, il sort de ce dernier une épaisse fumée qui nous empêche de voir le fond (la lave en fusion), le spectacle est néanmoins très impressionnant. Ensuite on descend un peu sur le flanc pour voir le coucher de soleil, avec le Pacifique au loin. Après le dîner (cuisiné sur le feu de bois par les guides), il fait nuit et nous retournons au cratère. Nous pouvons apercevoir la lave mais pas énormément (à cause de la fumée).

Nous partons pour le volcan Telica avec un bus local ou ‘chicken bus’ (littéralement 'bus à poulets' car ce genre de bus transporte un peu tout et n’importe quoi - ces bus d'occasion transportaient, dans une vie précédente, les écoliers nord-américains vers leur école).

Boue en ébullition.

Nous voilà au bord du cratère du volcan Telica, il parait qu’il fait 150 mètres de fond.

Le Telica au lever du soleil donne un spectacle magnifique, et on voit d’autres volcans à l’horizon.

Nous nous sommes levés avec l’aube pour admirer le lever de soleil, notamment sur la chaîne de volcans.

Retour en ville, les bus sont souvent bondés et dans celui-là c’est 3 personnes par banquette d’un côté.

Nous continuons plus au Nord pour rejoindre Esteli. Depuis cette ville, nous allons visiter le canyon de Somoto, tout près de la frontière avec le Honduras. C’est aussi depuis Esteli que nous partons visiter la réserve de Miraflor. C’est une zone plus en altitude où il y a de la forêt, des cultures diverses, du bétail. Nous passons 2 nuits dans 2 villages, chez l’habitant, une expérience intéressante. Nous pouvons voir le traitement des grains de café (le Nicaragua est un important producteur de café).

La ville d’Esteli compte de nombreuses fresques.

Canyon de Somoto.

Pour notre première nuit dans la réserve de Miraflor, nous logeons chez Don Carlos, qui est venu nous chercher avec son cheval. Il prend notre gros sac à dos et nous marchons à côté. Il y a pas mal de forêt et de la brume, nous sommes en altitude et les vestes sont de rigueur.

Il y a une forte montée et il a plu, du coup le bus patine sur la boue, voilà qu’ils mettent les chaînes. Là nous partons pour notre deuxième nuit dans la réserve, dans un autre village.

Une fois les grains cueillis, ils sont passés dans cette machine, cela sépare les grains de leur coque.

Belles couleurs au coucher du soleil dans la réserve de Miraflor.

Vers Esteli, nous allons également dans la réserve de Tisey. Ici, un homme (Don Alberto) sculpte les rochers de sa propriété depuis plus de 40 ans, ici on voit tout un ‘mur’ de roches avec diverses sculptures.

Là ils chargent du bois sur le toit du bus, les passagers attendent bien patiemment que l’opération soit terminée.

Sculptures dans un parc à Matagalpa, et les chevaux c'est pour y mettre des enfants dessus pour les prendre en photo.

A côté de la ville de Muy Muy, nous séjournons dans une ferme produisant du café bio (El Escondido). Notre petit chalet est en pleine forêt et on peut entendre les singes hurleurs. On peut aussi y observer de nombreuses espèces d'oiseaux. Là on peut voir des plants de café, plantés entre les grands arbres (les caféiers aiment pousser à l'ombre).